samedi 27 février 2010

Revers 2.0

Voilà.
J'avais envoyé ça, un peu revampé, rajouté kek mots pour faire fitter avec le thème, vedette.
Revoici donc, à la demande générale, Revers.
Toute ressemblance avec du monde que vous connaissez n'est pas un hasard.

-----

Cé toujours a même affére.
Un tel veut pu jouer pask sa blonde est enceinte,
Un aut é disparu, pis même si y rappelait, cé pas certain qu'on l'arprendrait,
vu qu'y disparait tout ltemps drette quand on en a besoin.
Faque on fait jouer qui?

À chaque début dsaison, cé toujours la même affére.
On sramasse avec au moins un gars qu'un de nos gars a appelé pask qui connait un gars qui a déjà vu jouer ce gars là vlà 5 ans, pis y avait un ben bon shot du revers.
Vu qui nous manque du monde, on est toujours ben pas pour dire non.

Dave est en train de finir d'attacher sé suyiers,
on é lé deux derniers dans lvestiaire,
lé autres sont déjà dans lgym, y mlâche:

— Tu l'as jamais vu jouer toué non plus??
— Non...
— Calvaire, ça fait dur en esti note afféres. Vas encore fallouère y expliquer qu'y a pas ldrouait aux highsticks. On va pogner au moins deux punitions juste pask y va swinger son bâton au dsus dsa tête pour awouère une passe, jmettrais un deux a dsus.
— ...
— Pis on pogne lé Wolfpacks en plus. Y va faire un saut en côlisse. Sra pas une game de cours d'école ça là.
— Kessé tu veux jte dise. T'en a-tu trouvé un gars toué?
M’en souviens des Wolfpacks, inquiète toué pas…
— Non.
— Ben cé ça.
— Cé qui qui lconnait déjà? Pas Stewart j'espère? Crisse yé en France là, y va toujours ben pas smette à nous trouver des gars à partir de là?
— Nanon, spa lui. Y sconnaissent, mais y s'aiment pas trop jpense. Cé Lupien qui l'a appelé, yé sposé y fére un liffe itou, si y peuvent finir par arriver, y reste yenk cinq menutes pareil...
— Eille tapeu toué là! J’allume! Spâ lgars qu'y bande encore su Elsa la louve dé S.S. ça là?
Cé Lupi qui m'en a parlé justement. Y vient du même coin klui jpense. Y a un blog itou, y parle de cul tout ltemps là dsus!
— Un quoi???
— Un blog! Si cé le gars que jpense, st'un genre de vedette du net.
J'espère qui joue mieux qu'y écrit payemp, cé sloppy par boutte son affére...
— Garde, esti, vas-tu falloir que jteul dise trouâ fouais? T'en a-tu trouvé un gars toué?
M'en câlisse en tabarnak qui scrosse su Bobino ou Emmanuelle!
Qu'y écrive ek ses pieds tu penses-tu pas que ça me passe 100 pieds par en dsour dla tête?
Tant qu’y vient aujourd’hui, qu'y paye sa saison pis qui sé jouer yenk un peu,
ça va être correct.
— Pareil, jtrouve que...


Le gars arrive sul fait.
Ça y fait un point pour lui,
un bon timing pour me sortir d'une conversation qui sert à rien.
Yé avec note défenseur étouèle, Steve.
Lupien, Steve.
Meilleur scoreur dla ligue.
Jamais compris comment sk'y fait, à défense côlisse, meilleur scoreur!
— Stevie boy!!!
Dave est dboutte, serre la main de Steve, vigoureusement, en chummy, se crisse royalement de l'autre.
Chu poli, capitaine, jme leuve.
—Salut, moué cé Simon.
—Salut, Jean-Régis.
J'y tend a main, y a serre, mollement.
Un point de moins.
Ça part mal, finalement.
Jlâche un oeil inquiet pis accusateur à Steve.
Y leuve lé z'épaules.
Façon de dire qu'y s'en câlisse.
— Cé Jean-Régis qui? Spoul line-up, faut que j'écrive le nom au complet.
— Lavoie-Dumont.
— Ok.

Dave sort du vestiaire en courant, kizment.
Jvoué ben kié crampé de rire.

Jsoupire en finissant d'attacher mé pads.
Jramasse mes gants, la gourde, mon sac pis mes bâtons.
J'ai un peu lshake dé games importantes ou lshake de pogner une équipe de gros caves.
Ça s'arsembe ben gros.
Yé mieux d'avoir plus qu'une shot du revers, Jean-Régis Lavoie-Dumont...

Le warm-up achève pis y arrive ek Lupien, y ont ltemps de prende 2-3 shots chaque avant qu'larbit siffe ldébut dla game.
Pas eu ltemps dvouère sa shot, à Jean-Régis.
Chu vraiment pas sûr, mais jpense que jlai entendu dire à Lupi qu'y avait laissé sa blonde attachée che z’eux, qui faudrait pas qu'y niaise trop longtemps après a game.
Pas eu ltemps dvouère a face à Lupi.

J'ai eu ltemps de vouère l'aute équipe payempe.
La même gang de mongols cokés/speedés/frostés kl'année passée.
Chpas sûr qu'y souviennent de nuzaut.

Moué m'en souviens.
Cé la dernière fouais qu'un gars m'a faitte peur.
Oli, un beef de 6 et 5, doux comme un agneau, stait faite planter dans ldos.
Jt'ais arrivé pour fére un facewash au cave ek mé gants qui pue, ct'ait un ti-cul de 5 et 6.
Y a jmais reculé, y s'est pogné une swing ek son bâton pis y a parti pou mcrisser ça dans face.
Oli ct’arlevé à temps, y avait pogné lbâton du ti-cul, pis lti-cul en même temps pis y l'avait crissé l'aut bord dla bande.
Jpense que j'ai eu plus peur d'Oli que du ti-cul cte fouais là.

Y est là le ti-cul aujourd'hui.
Oli itou.
Lui y a pas oublié pis jvoué ben que ça y tente pas pantoute.
«Joue ta game lbig, laisse fére les caves» que j'y ai dis toul long du warm-up.
Y veut pas tuer personne Oli, on peut comprendre, pask si y sfâche, à grosseur kia, ça peut arriver assez vite.

Le ref droppe la balle, ça décolle en fou.
Paklââoff, peting petang, y swignent leu bâtons partout skla balle passe.
Y pognent nos bâtons, nos jambes.
Toute le kit.

J'ai pas l'impression que cte game là va toffer ben longtemps.

On contrôle le jeu mais y sont fous mental ben raide, crinqué su ché pas quouais.
Le plus freakant, cé qu’y ont ptêt rien pris, qu’y sont juste cave de même, nature, pis que le hockey cosom, cé leu seul chance d’êtes fier un peu, de sprendre pour un héros du samedi…
Ça cé freakant en tabarnak.

J'ai a balle à pointe, jm'enligne pour crisser le plomb des plombs, jme dis que si on peut scorer vite ça va lé slaquer un peu.
Y a un gros cave qui s'en vient su moué.
J'ai ltemps dvouère dans sa face que c'est pas a balle qui veut bloquer, cé moué qui veut planter.
Ok.
Pas de trouble.
Spa a première fouais qu'un gros cave s'en vient su moué pendant que j'ai a balle ou a puck.
Scomme un cadeau gratis.
Chpas lplus gros, mais chu solide su mé jambes.
Y s'attendent jamais à ça les gros caves.
Y savent pas kmé fréres t'aient crissement plus pesants qu'eux z'autes.

Je prends ma shot sans trop savouère où ska vas srammasser, le beef s'en vient, je fini mon élan, mon bâton srammasse ent sé jambes,
jme tasse sul coté, un toréador comme on pourrait dire, pis j'y bloque les jambes ek mon bâton.
Le gros cave plante comme un gros cave.
Yé en beau côlisse, comme de raison l'arbite siffe pour slaquer ljeu un peu pis pour éviter que lgros cave essaye de m'arracher a tête drette là.

Comme de raison cé moué kia punition.
Ça changera jamais, lé zarbittes sont tout ltemps du bord du plus gros, du plus cave.

Comme de raison, y scorent.
Note équipe changera jamais.
Aussitôt qu'on pogne une gagne de cave, on perd.
C'est ti-cul kia crisse dedans en plus.
M'en vas su not banc, c'est Oli pis Lupi qui embarquent avec Raph pis Black.
Y vont ben a crisser ddans, cé comme rien.

Chu là à checker ljeu ek Dave, Bill pis Lavoie-Dumont.
Y a pas encore embarqué lui, pis ça pas l'air d'y tenter plus qu'y faut.
Yé blanc comme un drap.
J'ai kèzment le gout d'y dire de s'en aller, st'un affére de fére le toffe tu seul su son ordi ou bedon ek sa blonde dans l'litte mais s'en ai un aut une fouais que t'as a face dans lmur pour vrai...
Spa dsa faute.
Jme sens coupabe un peu de l'avouère faite vnir contre cte gagne de cave.
Yé pas faite pour ça.
Moué non plus, mais j'endure.
L'orgueil, j'imagine.

Pendant que jpense à ça, jvoué qu'y a Oli qui vient de sdébarrasser du ti-cul.
Ça pas paru dmême, personne qu'y a rien vu mais jsé skia faite.
Cé moué qu'y a montré.
«Quand té sul bord dla bande de même, dos au jeu, pis tu voué qu'y a un innocent qu'y s'en vient pour te crisser a face dans lmur, fait yenk décende ta main dans haut dmême su ton bâton, comme ça lgars va scrisser lboutte de ton bâton dans lventre tu seul comme un innocent.»
Sauf qule ti-cul se l'ai crissé dans lfront. Bye bye ti-cul.
Pis Black l'a calissé d'dans en même temps su une passe de fou de Lupi.
Y a ptête une justice finalement.
La crème fait ptête yenk armonter.

J'embarque ek Dave, Oli pis Lupi débarque, Black pis Raph ressent là.
Jean-Régis Lavoie-Dumont a toujours pas embarqué.
L'arbitte drop la balle, Raph gogne le faceoff, jpogne la balle, jcontrôle le jeu une coupe de sconde pis jl'a passe à Raph qu'y a passe tusuite à Black
qu'y é tu seul sul bord du net.
Dans son bureau.
Tic-Tac-Toe.
2-1.
Mise au jeu, la balle se ramasse dans le fond de note zone, j'm'en vas pour la pogner.
Le gros cave fonce encore su moué, là cé certain qu'y vient pour ma tête, je l’entends courir pis ça, ça ment pas.
Y a une vieille toune de mes années Midget qu'y m'arvient dans tête drette là.
Fucking Hostile.
Cé drôle la vie dins fouais.

Jpogne la balle, y arrive su moué, jla droppe tusuite dans lfonds dleu zone.
Juste comme y arrive su moué pis qu'y lève son bâton pou mcrisser un cross-check dans face jme penche et j'y sort la hanche.
Y a beau peser 100 lîves de plus que moué, yé sujet aux mêmes lois de physique que moué.
Le levier, entre autres.
Sa hanche pogne ma hanche.
Jtourne su moué-même dans lsens qu'y s'en vient, jtransfère mon poids pis jme sers de sa vitesse pour lpousser ek mes bras.
Y lève trois-quat pieds dins airs, scrisse la face dans lmur.
On l'arverra pas dla game cte fouais là.
J'espère pask c'tait mon dernier truc.

La gang de mongols est plus tranquille tout d'un coup, ça fait toujours ben ça dpris.
J'artourne au banc, Oli embarque à ma place, on est jamais trop prudent.
Jean-Régis est pas là.
— Yé où ti-Coune?
— Y a crissé son camp jcré ben.
— Crisse de couille molle d'asti de poseur à calotte à scrigne de calisse.
— Pas pire en effet. Au moins on mène là.

On a jamais fini cte game là.
J'tais dans lchamp ben raide, y étaient encore plus crinqués après kj’aille crisser le gros dans lmur.
Fucking hostile en esti.
Y ont essayé de smettent à trois su Oli.
Bill en a sorti un du tas par le fond de culotte, s’est faitte crisser un coup de coude en arrière de la tête assez raide que ça pissait le sang
Le président dla ligue lé z'a toutes crissés douors du gym pis dla ligue, sinon y appelait é beus.
Une demi-heure après, quand qu'on é sortis douors, y en a un qu'y a essayé de nous passer dsus ek son Jeep de dealeu dcoke.
On a pas niaisé là longtemps.

Ça resse que, pareil,
cé toujours la même affére.
Va encore falloir trouver kekun d'autre.

7 commentaires:

piedssurterre a dit…

Wow ! J'connais pas les règles, j'ai jamais vu de match, mais ça m'a bien l'air de pas être un truc pour les mauviettes, ce jeu là ! Surtout quand les autres, en face, sont fucking hostile, voire. M'en vais gougouler un peu pour comprendre les termes techniques. Est-ce que tu parles aussi vite que t'écris ? Parce que t'as l'air vif et agile, comme mec. Bises.

hélène a dit…

savoureux, magnifique! l'autre jour sur l'épaule d'É, j'ai vu quelques passes de différentes rencontres du tournoi, le hockey ça vous gagne! Devant son écran, notre pote était en transes, il avait même des tremblements dans les jambes...ça se voit que ça lui manque terriblement!
chez nous, c'est la pelote, quand je lui dis ça le fait marrer et quand je rajoute que mes fils sont accros, il rigole encore plus...

É. a dit…

Ah, ah, ah ! Chais pas pour les néophytes, mais moi j'ai terminé ma lecture avec un odeur de pads mouillées pis de taper à bâton dans la pièce.

Oah. J'en jouerais une, drette-là. Même contre les gros caves.

L'histoire le dit jamais, mais la blonde du gars, attachée, a trouve pas ça plate, niaiser deux heures au plafond ? A regarde la tivi ?

Gomeux a dit…

Ah! Merci mesdames!
Je vous conseille le match de demain, pour la médaille dorée, ça va être beau à voir! Le meilleur gardien sur la planète en ce moment, Ryan Miller, contre une équipe à la puissance offensive peu commune.

Dur de pas penser à toi quand je relis/réécris ce texte, É.

Pis, la blonde du gars, d'après moi, même pas attachée, a trouve ça plate.

Daniel a dit…

Ça ressemble à des choses qu'on a connu à la puissance de l'infini zéro. les gars tout en fausses promesses qui disparaissent à la dernière minute, les super stars égocentriques qui s'en vont voir leurs stats à la fin de la game quand on a perdu, les morons cokés et speeddés contre qui ont joue, le gars qui vient pas à la partie éliminatoire parce que sa blonde a besoin du char... Et nous autres qui courrons aprés les joueurs pour former une équipe digne de ce nom. Ostie de moronnerie...

s.gordon a dit…

Wooo, ça percute en sivouplè hein.

Je vais essayer de me rappeler le truc du levier, on sait jamais.

Gomeux a dit…

Ouais mon Dan, c'est le bon mot.
De la belle moronnerie.

Gordy, le levier,effectivement, ça peut être utile n'importe quand.