samedi 25 septembre 2010

Samedi

On est parti toute la gang, plus Vinny Boy, grand chummy de Grand Fiston.
Toute la gang avec les imperméables, vu que le temps était à la pluie.
Ça n'a pas pris deux coins de rue que les impers ont pris le bord.
Pas le soleil, mais pas le gros gris noir non plus.
Un gris 18% mettons.
Grand Fiston et Vinny Boy trainaient de la patte, tout le temps en train de checker-ci, checker-ça, s'inventer-ci et ça avec ceci et cela.
On finit par se rendre à cette drôle de rue demi-couverte.
On tourne à droite, il y a foule, les craques de boules habituelles des tites-jeunesses en pantalons stretch, l'odeur de cigarette et de parfums cheap.
Un samedi normal.
Passé Beaubien, c'est toujours moins pire, peut être parce que le McDo est loin derrière, ou que les boutiques fines commencent à être plus nombreuses, sais pas trop, tout cas, y a moins de monde.
En face du resto de cet ancien coéquipier que j'ai si cavalièrement abandonné,
un type fume une tope.
Je le reconnais, lunettes fumées d'aviateur, le cheveu long, probablement venu manger en attendant le soundcheck de l'émission de Brathwaite.
Un asti de guitar hero du calisse.
Me souviens des soirées dans le temps à Carleton, quand y avait les cheveux courts, ça jammait jusqu'à cinq heures du matin, on allait se coucher dans nos tentes pis on recommençait à 10 h, trop de soleil pis trop chaud pour dormir.
— T'as vu c'était qui?
— Ben oui, hihi, hmm.
— Ouan ouan, c'est ça. Les boys, vnez vous en! Non vous aurez pas de bonbons.

Nous vlà rendu.
J'entre, la marmaille fonce au fond dans la section jeunesse, je passe à droite.
J'aperçois La Constellation du Lynx, le retourne pour voir le prix, ce sera pour une prochaine paye.
Je me penche, à peu près dans le coin des G, dans la section romans québecois.
Pas là.
Ah ben câlisse d'esti!
Tu vas pas me dire que j'ai trainé toute la marmaille à travers ce tsunami de protoputes échangistes pour rien?
Dernier espoir, la table des nouveautés.
Je vois un Leméac, c'est lui?
C'est lui.
Les Corpuscules de Krause, de Sandra Gordon.
Je le prends, ne le retourne pas pour voir le prix, et je fonce rejoindre les autres, prêt à partir.
Les plus vieux sont couchés à plat ventre sur le plancher, regardent des BD, Douce court après Pépin qui s'amuse à décalisser le facing de la librairie. Il lance tout ce qu'il peut attraper par terre.
— Je pense que je vais te laisser icitte pis jvas les amener aux Lutins Verts, ok?
— Ben moué j'ai trouvé ske jvoulais, faque.

On finit par revenir à la maison, les grands s'en vont dans la cour jouer avec leurs bébelles, Pépin joue avec son ti-bâton de hockey, une extension de lui même ces temps-ci, tellement il ne le lâche pas.
J'extirpe le bouquin de son infâme plastique.
Prologue.
Je dévore trois pages, gros crisse de smile dans face, je dépose.
Ça va me prendre de la bière.
Bébert, La Vigue, Lili et Ferdine attendront, je n’en aurai pas pour longtemps anyway.

Ça va se lire vite.
Oh oui.

8 commentaires:

piedssurterre a dit…

Je te raconte pas la galère pour tenter de se procurer ici le bouquin de Sandra.
Dans quelques semaines ce sera peut-être plus facile. Pour le moment, je rame sur le ouaibe pour le trouver...
Du coup, je me sens bien loin de vous tous !

helenablue a dit…

La vache, Gomeux, là tu me mets encore plus l'eau à la bouche!! Ouch!!
Chanceux, va!

:-)

Bonne lecture, gobichonne ostifi, comme dirait l'intéressée!

xx
Blue

s.gordon a dit…

Une plogue à la gomeux, que demander de mieux!

Heille, merci.

s.gordon a dit…

@ pieds : Merci de ton intérêt, j'apprécie. On s'organisera pour que Blue t'en ramène un.

É. a dit…

Oh yeah.

:0)

Gomeux a dit…

Lâchez pas, dames de Franfe!
Le Gordon nouveau vous arrivera bien un de ces jours!

Frankie Sue, on est tout prêt, voyons.
Eh, É?
Oh yeah!

Gomeux a dit…

Tout prêt?
Tout près!
Voyons.

piedssurterre a dit…

Sandra, je suis toute chose là...
Gom, tous loin , je te dis.