dimanche 30 janvier 2011

On Parle de Ferdine

La semaine dernière, tout en travaillant, j'ai un doigt qui a fourché et qui a appuyé sur un bouton de la radio de mon véhicule de job que je croyais avoir banni et je suis tombé sur l'émission de Christiane Charette.
D'habitude, la frayeur me fait changer de poste illico, mais pas cette fois-là, on parlait de Ferdine!
J'ai donc écouté ça pendant un bon 30 secondes jusqu'à ce que le bon sens me revienne et me fasse fermer tout ça.
J'ignorais pourquoi on parlait de Céline, maintenant je le sais, ce fut sur la page d'accueil de Radio-Can un bon deux heures.
Évidemment, maintenant, c'est disparu, mais il reste ceci.
C'est assez anecdotique quand même, l'État Franfais ne célèbrera pas le 50e anniversaire de la mort de Ferdine.
L'aurait-il célébré, il n'aurait pas été surprenant de voir son vieux squelette sortir de terre et venir engueuler le Nabot qui sert de chef d'État à la nation franfaise «Pas moyen de dormir tranquille, faut que vous rajoutiez une couche d'hypocrisie?»

Mais oui il a écrit des pamphlets antisémites.
Mais oui il est venu ici et a assisté à une réunion des chemises brunes d'Adrien Arcan.
Mais non ça ne le compromet pas plus, ça prouve quoi cette photo?
Qu'il a traversé l'Atlantique juste pour assister à une réunion de nazi au Québec?
Boh.
Suffit de l'avoir lu pour comprendre que lui et les réunions et autres rassemblements d'idéologues ne faisaient pas nécessairement bon ménage.
Que sais-je?
C'est peut-être Nadeau qui a raison et qui n'essaie pas de faire vendre son propre livre sur Arcan en parlant sans arrêt de cette fameuse photo qu'il à lui-même trouvée.
Je suis quand même d'avis qu'il venait probablement ici vérifier une dernière fois si le Québec était un bon endroit pour se sauver les fesses.
Encore une fois on ne cherche pas à savoir ce qui pouvait le pousser à se commettre avec de pareil pamphlets.
Il n'y a personne ( à ma connaissance) qui fouille dans sa période où il était à l'emploi de la Fondation Rockefeller et de la Société Des Nations.
Peut-être que Nadeau pourrait fouiller là-dedans, lui qui semble être si doué pour déterrer les squelettes compromettants.
Peut-être ne trouverait-il rien pantoute, mail il trouverait assurément que les Rockefeller étaient au-delà de tout de sacrés eugénistes.
Ce faisant, il trouverait peut-être aussi que ce sont encore les mêmes gens qui sont au réel pouvoir et que, finalement, les années dans lesquelles on vit présentement commencent étrangement à ressembler aux années 30.

Le bon côté de tout ça c'est qu'on parle de Louis-Ferdinand Céline, et ça, c'est assez réjouissant.
Il y aura de nouveaux lecteurs et ils pourront se faire leur propre opinion sinon de l'homme, de l'oeuvre.
M'est avis que dans le futur on parlera plus longtemps de Céline que de Jean-François Nadeau, Christian Rioux et Christiane Charette.

3 commentaires:

manouche a dit…

on reproche, avec plus ou moins de justesse à de nombreux artistes, leurs positions politiques; Céline était un vrai salopard... mais qui peut se permettre de critiquer le le "Voyage au bout de la nuit"?

É. a dit…

Ce qui est bien pratique, c'est un paratonnerre. Comme ça, après la grosse marde, il ne reste que deux vrais salopards, Hamsun et Céline. Tant pis pour les milliers qui ont réellement touché des chèques de paie en bossant pour l'occupant ! Le seul antisémite de l'histoire restera Céline. À croire que le coucou Hitler et Ferdine ont tout monté tous seuls sans les milliards des Rockefeller. Eh, eh, eh.

Gomeux a dit…

On est pas tous des salopards?

Ferdine, l'inventeur del'antisémitisme!