jeudi 16 juin 2011

Emplir

Une fois tout les livres de cuisines enlevés

toutes les biographies, auto-biographies, hagiographies, 
autorisées, réfutées, décorées, tablettées,
tout les cossins pour la cuisine, le salon, la maison, 
tout les jouets, ballons, décorations, figurines, dragons,
une fois tout ça enlevé, en plus de tout les hebdomadaires, 
journaux à potins, revues urbaines à deux cennes, disques compacts, 
films, dictionnaires et autres cerf-volants, c'est quoi la place de la littérature 
dans une librairie en 2011?
Combien de succursales faut ratisser avant de trouver du Hemingway?

6 commentaires:

commando8 a dit…

y en a pas de t’ça à Cuba?

swan_pr a dit…

ciboire. parle-moi en pas. y a un CHAPTERS ici, drette à côté. UN Hemingway. oops, deux l'autre jour. wow.

Jean-François Thibaud a dit…

J'ai eu exactement la même réaction y'a pas trois semiane en rentrant dans le Archambault de Ville d'Anjou. Je cherchais un livre de Pierre péan sur les implications américaine et canadiemnne sur le Rwanda. J'ai aussi juste voulu vérifier si y'aurait pas du Malatesta ou du Stirner ou du Bhakounine. Et quand j'ai vu la section sociologie, les bras m'en sont tombés. Y'avait rien de rien, nul part. Qu'il n'y est pas ce que je cherchais n'avait rien d'étonnant. mais c'était la première fosi de ma vie que je réalisait l'absolue pauvreté d'un rayon de sociologie ou de socio-politique en librairie. Cette impression que la censure est encore plus grande là que dans les grands médias. Aucun auteur de base.

Rien

Le néant total.

É. a dit…

Ici
Ici
et ici.

Eh, oui. Tant pis pour les libraires amnésiques. Si l'un d'eux passe icitte à qui y manque 4000$ dans son budget, qu'il sache que j'ai acheté mes Hamsun, mes Hemingway, mes Céline là-bas (et chez d'autres marchands du même genre) par désespoir de trouver en librairie un livre qui vaut son poids en cennes noires, pass leurs tablettes à eux étaient bourrées de Gavalda, de Huston et de Nothomb.

É. a dit…

Commando, à Cuba, les livres sont partout, pas chers et révérés. En particulier les classiques. Et puis, là-bas, Hemingway est infiniment mieux compris qu'au Québec, où, semble-t-il, un manuel de littératsure aura convaincu tout le monde que le vieux Ernest n'était qu'un macho bagarreur pas gentil qui baissait pas le siège de toilette et négligeait sa vaisselle.

Gomeux a dit…

Yup.
J'aime mieux acheter mes livres sur l'internet itou.
Ça me fait un beau colis dans boite à malle pis ça c'est tout le temps le fun.
Sauf que ça prend un peu plus de temps, dans ce cas-ci,j'en avais pas de temps, et j'ai pas eu d'Hemingway non plus.
Je commenderai d'avance la prochaine fois.